Le rapport de dom Benedito Version imprimable Suggérer par mail
09-11-2016
Bonjour, tout le monde ! Mes salutations particulières à dom Geraldo, à toute l’équipe du bureau de Lettre d’Amazonie, et à tous les participants de cette assemblée, en communion avec les bienfaiteurs et bienfaitrices de votre association. Je vous exprime la joie de me retrouver à nouveau parmi cette famille missionnaire à l’occasion de votre assemblée.

Arrivée des premières religieuses calvairiennes à Guajará-Mirim.
Arrivée des premières religieuses calvairiennes à Guajará-Mirim.
Après le rapport moral 2016 de notre estimé dom Geraldo Verdier, je tiens d’abord à vous remercier pour votre soutien à l’action d’évangélisation de notre immense diocèse de Guajará-Mirim avec ses 13 paroisses.

Une dynamique de communion

Vous dire ensuite qu’en 2015 malgré ma charge supplémentaire d’administrateur apostolique de l’archidiocèse de Porto Velho et grâce à l’engagement des prêtres, sœurs, laïcs, l’agenda pastoral du diocèse de Guajará-Mirim a pu être maintenu. Ainsi, selon le plan quadriennal (2014 à 2018), nous en sommes déjà au stade de la planification et de l’évaluation, y compris pour l’assemblée pastorale diocésaine confirmée pour novembre 2017 à Corumbiara. Nos activités et nos décisions ont été élaborées dans une dynamique de communion, de décentralisation et de partage avec, entre nous, un sentiment plus grand d’appartenance et de responsabilité dans l’Église.

Vie religieuse

Je voudrais partager avec vous notre joie à l’arrivée des Sœurs de Saint Joseph de Saint Jacinto à la paroisse Saint François de Nova Mamoré, pour l’ordination de 6 nouveaux diacres permanents et celle du séminariste Anilson qui sera ordonné prêtre en ce second semestre 2016. Je voudrais vous confier aussi notre préoccupation devant le manque de prêtres dans le diocèse, en particulier cette année, où nous déplorons le décès du Père Claudenir qui administrait la grande paroisse de Costa Marques. Il faut parler aussi des religieuses : la paroisse de Seringueiras a perdu l’an dernier la communauté des sœurs catéchistes franciscaines après 22 ans de présence missionnaire. Cette année nous avons la confirmation du départ de trois autres congrégations : celle des sœurs du Calvaire à São Miguel du Guaporé, des sœurs de Saint Jean Baptiste à Cerejeiras et des Bénédictines à Guajará-Mirim.

Agriculteurs expropriés.
Agriculteurs expropriés.
Vie économique et sociale

Nous remercions Dieu pour les 25 ans d’existence du Centre Despertar, devenu une référence dans la formation aux valeurs humaines, la promotion de la vie et l’insertion dans le monde du travail. Sans oublier la Radio Educadora en attente du feu vert du nouveau gouvernement pour entamer la migration des Ondes Moyennes vers la FM. Dans le domaine de la santé il est à relever que certaines municipalité comme São Francisco du Guaporé ont pu rétablir un service public hospitalier de qualité alors qu’à Guajará-Mirim, les enjeux politiques ont conduit au chaos au point que la justice a interdit dernièrement à l’hôpital régional de fonctionner alors que le nouvel hôpital public est en construction depuis trois ans sans que personne ne connaisse la date prévue de sa mise en service ! La conjoncture politique sociale et économique du Brésil fait que le pays traverse une époque très difficile. De nombreux secteurs de la société risquent d’être discrédités. Nous nous devons d’être très vigilants afin de ne pas perdre les droits acquis et garantis par la constitution brésilienne ; nous pensons à l’invasion des terres indiennes, l’expropriation des agriculteurs et la violence qui sévit de plus en plus grande dans les campagnes, particulièrement dans le Rondônia depuis 2015.

Une nécessaire générosité

Au travers des gestes concrets et généreux envers les nécessiteux et les personnes injustement lésées, nous vivons la miséricorde qui jaillit du cœur de Dieu. Et cela est rendu possible grâce à la main tendue de toute la famille de la Lettre d’Amazonie. À tous, notre éternelle gratitude pour votre dynamisme, votre communion, les efforts inlassables de votre collaboration avec le diocèse de Guajará-Mirim, particulièrement pour nous permettre d’assurer la continuité de nos nombreuses actions sociales. Que Notre Dame du Seringueiro vous protège et que nous restions fidèles à la miséricorde de Dieu.
 
< Précédent   Suivant >
© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.