L’intervention du nouveau vice-président Version imprimable Suggérer par mail
Fabien   
09-11-2018
Philippe Le Bourgeois a souhaité intervenir pour sa première assemblée générale en tant que vice-président. Voici ses propos.
Image
Plusieurs d’entre vous me connaissent mais pas tous. Heureux de pouvoir vous saluer.
J’ai été promu vice-président à la suite du dernier CA de Lettre d’Amazonie et je participe donc aux conseils d’administration qui orientent son avenir. Coopérant médecin en 1977 à l’hôpital Bom Pastor, je fais en quelque sorte office de pont entre le passé et l’avenir. En effet, j’ai eu l’honneur de rencontrer Dom Rey alors qu’il était encore évêque émérite, remplacé par Dom Roberto puis Gérard Verdier avec lequel j’avais gardé des liens très profonds, renouvelés à chacun de ses passages en France et lors d’un voyage familial à Guajará voilà une dizaine d’années. J’ai connu l’énergie du Père Sylvain et les débuts de Mady à ses côtés à Lettre d’Amazonie.

Qu’est-ce que Lettre d’Amazonie aujourd’hui ?

Essentiellement une association venant soutenir le diocèse de Guajará-Mirim dans ses activités d’abord paroissiales, mais aussi sociales.
Est-il légitime de continuer à soutenir ce diocèse maintenant que le père Gérard n’est plus là ?
Oui ! par fidélité au père Gérard et à toute l’histoire de la Mission, mais aussi parce que Lettre d’Amazonie reste vive, ne serait-ce que grâce à Gilles de Catheu et Régis Herbel, avec dom Benedito en lien étroit avec Lettre d’Amazonie où il vient chaque année passer quelques semaines. Certes, l’objectif des fondateurs était d’arriver à donner une autonomie à ce diocèse devant être pris en charge totalement par les Brésiliens eux-mêmes (certaines œuvres sociales, dont l’hôpital Bom Pastor en premier, ont été transférées au gouvernement brésilien).Mais on sait qu’aujourd’hui cette autonomie est loin d’être acquise. Les projets sur place ont été détaillés par Régis et méritent qu’on les soutienne.

Une nécessaire mutation

Il ne faut pas se leurrer, une mutation sera nécessaire : les animateurs et les donateurs prennent de l’âge. Nous avons à renouveler notre image, faire appel aux nouveaux moyens de communication (dont le site internet modernisé avec dons en ligne) sans lesquels nous ne serons bientôt plus crédibles ni consultés.

Une nouvelle carte à jouer ?

Depuis toujours, Lettre d’Amazonie a pris parti pour les indiens. Notre engagement vis-à-vis d’eux est vital. Gilles est là pour en témoigner. De ce fait, Lettre d’Amazonie participe à la voix de la France en Amazonie. Vous savez que l’Amazonie dépasse le Brésil et fait l’objet d’une réflexion de la planète à l’heure où l’écologie devient une priorité et qu’un synode des évêques d'Amazonie aura lieu à Rome en octobre 2019 avec le pape François. Lettre d’Amazonie aura peut-être une carte à jouer et a se rapprocher d’autres associations pour apporter ses lumières. Merci en tout cas pour votre fidélité sans laquelle rien ne pourrait se faire.
 
© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.