Guajará en vidéo

Chaque année (depuis 37 ans) Mady Huntzinger passe un mois à la Mission afin de faire des photos et des interviews qui permettent d'alimenter les 4 revues de l'année. En décembre 2012 elle s'est lancée pour la première fois dans la vidéo. Sans aucune prétention, juste avec le souci de témoigner de ce qu'elle aura vécu, avec le regard du cœur. Quelques séquences qui permettront, au fil de ses voyages, de mieux découvrir, en complément de la revue, la réalité du quotidien au diocèse.




En route pour la Romaria de la terre et des eaux Version imprimable Suggérer par mail

Ce pèlerinage organisé par la commission pastorale de la terre a lieu tous les 4 ans. Son but : manifester son désaccord sur la déforestation accélérée, l'expropriation des petits agriculteurs, la construction des barrages de plus en plus nombreux. La Romaria donne lieu à de grands rassemblements (5 000 personnes cette année) avec aussi des spectacles ponctués de chants et de danses.

 
Bernardo et Bernarda Version imprimable Suggérer par mail

Une jolie histoire racontée par le père Gérard Verdier.

 
Le marché de Guajará Version imprimable Suggérer par mail

Le marché de Guajará a la particularité de se composer d'une partie extérieure qui s'étire en longueur et d'une partie couverte moins importante. Pêcheurs proposant le poisson du jour, (le fleuve n'est pas loin), agriculteurs venus des colonies agricoles alentour, vendant leurs fruits et légumes, côtoient les petits stands de Boliviennes (la Bolivie se trouve juste de l'autre côté du fleuve) où l'on trouve aussi bien de la pacotille que du riz, diverses sortes de haricots et à certaines époques de l'année, des galettes de poudre de cacao. Non loin de là, en un endroit qui leur est réservé, et appelé pour cette raison : « marché des Boliviens », on peut aussi bien se procurer des habits, des bagages, que de l'électro ménager, des jouets, des produits de beauté ou d'entretien. Tout cela dans un joyeux désordre coloré.

 
La cathédrale Nossa Senhora do Seringueiro Version imprimable Suggérer par mail

On la voit de loin avec ses deux tours blanches carrées ! Construite à la force des bras d'un évêque bâtisseur français, Dom Xavier Rey, elle fait partie du patrimoine de la ville de Guajará-Mirim et de sa région. La cathédrale a été dédiée aux pauvres parmi les pauvres de l'époque : les seringueiros (extracteurs de caoutchouc). Commencée en 1956, elle fut inaugurée en 1971. Actuellement de gros travaux sont en cours pour refaire le toit mis à rude épreuve par les longs mois de pluie répétitifs.

 
Messe de Noël à Guajará Version imprimable Suggérer par mail

Ne seraient-ce le parfum des fleurs exhalé par les arbres alanguis, l'air brûlant brassé par les ventilateurs, la magnificence des bouquets tropicaux autour de l'autel, on se sent chez nous à la messe de minuit de Guajará. Les anges dans les campagnes entonnent le Gloria avec la même joie, chanté par une chorale en bonnets de père Noël, tandis que dans la douce et sainte Nuit, Jésus naît pour nous dans le même dépouillement…

 
La ville de Guajará-Mirim Version imprimable Suggérer par mail

Elle se trouve à l'extrémité du Rondônia, sur une des rives du fleuve Mamoré et s’étire sur plus de 6 km. La population s’élève à près de 50 000 habitants (dont 1/3 d’origine bolivienne) répartis sur 25 000 km2, soit environ 2 habitants au km2. Ce chiffre inclut les agriculteurs habitant à l’intérieur des terres. On n’y trouve pratiquement pas de bâtiments à étage. Une briqueterie, une usine de guarana (boisson locale), d’açai (fruits d’un palmier) 1 menuiserie, sont les principales usines de la ville. La majorité des gens travaillent dans la police, la capitainerie, ou les administrations. Aucun village alentour ; seules quelques fermes isolées entourées d'immenses pâturages. La ville la plus proche est à 80 km. Les hôpitaux spécialisés, les administrations sont à 350 km : Porto-Velho, joignable par la seule BR, route en mauvais état.

 
Y arriver Version imprimable Suggérer par mail

Le voyage en avion – Le trajet par la route
12 940 km – 24 heures de voyage (au moins !)

 
© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.