Les nouvelles du diocèse
Rencontre avec les moniales bénédictines Version imprimable Suggérer par mail
28-07-2012
Afin de répondre à la demande de la supérieure du monastère, Dom Benedito profita de la visite de leur abbesse pour organiser une rencontre au diocèse. Il nous en fait part.
Image
Sœur Maria Elisabeth, la Mère Prieure Adma, Dom Benedito, la Mère Abbesse Maria Auxiliadora, Sœur Maria Fabiola, Sœur Maria Eugenia.
Cette rencontre programmée était une opportunité pour la formation continue, telle que la souhaitait Sœur Adma de Guadalupe actuelle supérieure de la communauté présente depuis 15 ans déjà dans le diocèse de Guajará-Mirim.
Elle fut marquée par le partage de l’action missionnaire, compte tenu de l’importance de la vie contemplative dans l’évangélisation. La Mère Abbesse, qui n’était pas revenue à Guajará-Mirim depuis 5 ans, a perçu de nombreuses avancées, au développement extraordinaire, à l’avenir prometteur, en particulier sur le plan du dynamisme de l’Église. Nous avons parlé aussi de la transition au niveau de la conduite des pastorales du diocèse.
Les Sœurs voulurent connaître les dernières nouvelles et les impressions de ma visite en France, avec Dom Geraldo. J’en profitai pour partager avec elles les détails de ces 21 jours d’une expérience concrète entre deux nations étroitement liées par l’amour de la Mission et de la vie en Amazonie, les moments très importants comme la rencontre avec la famille de Dom Geraldo, la réunion de travail à l’association Lettre d’Amazonie et la célébration du cinquantième anniversaire de la parution de la revue Lettre d’Amazonie, les visites aux paroisses, prêtres, laïcs, familles, l’association Toucan, l’hébergement aux MEP, la visite à Lourdes, celle aux religieuses dominicaines (Dax) et trappistes (Échourgnac).
J’ai dit combien je suis revenu de France porté par l’hospitalité, la solidarité et la communion ecclésiale qui nous rendent si proches.
Par la suite, je relatai ma participation à la 50e Assemblée Générale de la CNBB, en parlant de la méthodologie, des initiatives, des célébrations, de notre engagement dans la spiritualité.
Nous avons ensuite profité de l’occasion pour célébrer tous ces dons de Dieu autour d’un repas fraternel au diocèse.
 
Le départ d’un frère bien-aimé Version imprimable Suggérer par mail
28-07-2012
Image
C’est en ces termes émouvants que le père Caude Albert nous a annoncé le départ du père Bernard Pierrot, décédé à Santos (Brésil) le 26 juin 2012 à la suite d’une longue et douloureuse maladie. « Nous nous connaissions avec Bernard depuis 1942, année de notre entrée dans la même classe de 6e au Séminaire d´Ambialet. Nous avons passé la plus grande partie de notre vie côte à côte au service de l´Église. C´est dire combien je ressens son départ comme celle d´un frère bien-aimé ». Le père Bernard faisait partie de ces vétérans, qui, avec les pères Marcel Fanjaud, Roger Sudre et Claude Albert, avait suivi Dom Rey à un moment difficile de la Mission. Que sa famille reçoive ici toutes nos pensées attristées et priantes. Un long article lui sera dédié dans la prochaine revue.
 
Une décoration bien méritée ! Version imprimable Suggérer par mail
06-06-2012
Image
Le général Boisgarnier va remettre la légion d'honneur au Père Gérard Verdier
Le 30 mai 2012, la décoration d’officier de la légion d’honneur a été remise au père Gérard Verdier.
La cérémonie a eu lieu aux Missions Étrangères de Paris, en présence du représentant de l’ambassadeur du Brésil en France, de l’ancien évêque auxiliaire du diocèse, Mgr Pinheiro, devenu évêque de Braganca Paulista, aujourd’hui émérite, deux prêtres dont l’un, ancien collègue du Séminaire des Carmes du père Gérard, le supérieur général des MEP, quelques membres de la famille du père Gérard, dont son frère aîné, des représentants de l’équipe de Lettre d’Amazonie dont l’abbé Dutreuilh, vice-président, l’abbé Auville, responsable du service des vocations du diocèse de Nanterre et président de l’association Toucan qui avait organisé la cérémonie, et le général Boisgarnier (père d’une ancienne coopérante qui travailla à la Mission), et qui lui décerna la décoration.
Malgré la présence de toutes ces personnalités, dans ce cadre remarquable (le parc est extraordinaire !) la cérémonie n’eut rien de mondain, ni d’âpreté.
Tous les discours se sont rejoints, orientés vers la personnalité du père Gérard, son charisme, sa simplicité. L’accent de chacun se porta sur son dévouement aux plus pauvres, son souci de faire respecter la justice et le droit. L’abbé Dutreuilh rappela le début de l’histoire de la Mission, liée au début de l’association Lettre d’Amazonie avec le père Sylvain Dourel.
Image
Le père Gérard écoute son frère aîné
Un moment émouvant, celui où le frère aîné du père Gérard lu, au nom de toute sa famille, quelques mots tout simples mais bien chaleureux ; un autre, celui où Mr de Catheu, père de Gilles notre « docteur des indiens » à Guajará, lu des extraits du magnifique poème (que nous publierons ultérieurement) que son fils avait adressé au père Gérard lors de la passation de pouvoirs le 8 décembre dernier.
Le père Gérard, lui, après les remerciements d’usage commença par dire que d’autres auraient mérité cette promotion, le docteur Gilles de Catheu si dévoué aux indiens ; le tout premier coopérant Jean-François Bénavent, qui, avec son épouse se dévoua corps et âme pour Sagarana, le village indien, à la demande de Dom Roberto ; Dom Rey à l’origine de sa vocation de missionnaire ; et puis, bien sûr, le père Sylvain Dourel.
Il rendit un bel hommage aussi aux premières religieuses appelées par Dom Rey, à Dom Benedito son successeur.
Ce furent des moments forts et profonds où passa le souffle de Dieu.
 
Inauguration de l’atelier boulangerie du Despertar Version imprimable Suggérer par mail
04-06-2012
Image
Un groupe d’apprentis et leur professeur (en blouse blanche).
Dans la lettre n°193 (décembre 2010) nous avions lancé un appel ayant pour but d’aider au financement d’un atelier de boulangerie-pâtisserie au Despertar. Son inauguration eut lieu début avril 2012 en présence de Dom Benedito et Dom Geraldo, et des autres autorités de la ville.

Après avoir présenté le groupe des futurs boulangers et leur professeur, Pedro Ademar (directeur du Despertar) fit un bref historique de ce nouvel atelier dont le matériel put être acquis grâce aux amis de Lettre d’Amazonie, la Société Pró-Dizimo de São Paulo, (institution qui soutient les projets philantropiques et éducatifs) et la congrégation des Sœurs de Saint Charles de Lyon. Le gros œuvre a été réalisé par les élèves en formation de maçonnerie, charpenterie et électricité des barrages.
Un premier groupe de 19 adultes bénéficiera dès à présent de 160 heures de cours. À partir de l’an prochain, 120 personnes suivront un programme de 800 heures réparties par demi-journées, tout au long de l’année scolaire. À ce moment-là, l’atelier sera véritablement professionnel.
Selon un planning bien précis, 300 petits pains sont cuits deux fois par semaine pour les besoins du Despertar (pain « français », pain pour hamburger ou pain pour hot-dog).
Trois autres jours sont réservés à la confection des hot-dogs, des pâtisseries, des gâteaux, des pizzas, mais, en quantité réduite : l’objectif n’étant pas de produire beaucoup, ni de concurrencer les boulangeries de la ville, mais d’apprendre les techniques de fabrication.

 
Visite Pastorale de Dom Benedito à Colorado Version imprimable Suggérer par mail
04-06-2012
Image
Visite pastorale de Dom Benedito à Cabixi (Sud du Diocèse). À gauche : le Père Sebastião.
C’était la deuxième visite de Dom Benedito au sud du diocèse, mais cette fois sans le Père Gérard. Ce furent 8 jours intensifs (du 24 février au 2 mars) au cours desquels Dom Benedito réunit pour la première fois tout son clergé : les prêtres diocésains (14), les religieux clarétains (4) et les diacres permanents (6), venus à Colorado des trois régions pastorales du diocèse : « deux jours de grande communion et de partage ».
 
Un nouvel archevêque à Porto Velho Version imprimable Suggérer par mail
04-06-2012
Image
Dom Esmeraldo Barreto.
Le 3 mars Dom Geraldo et une délégation de Guajará retrouvaient Dom Benedito, pour participer à la prenante cérémonie organisée pour les adieux de l’ancien archevêque Dom Moacyr Grechi, et l’installation du nouvel archevêque Dom Esmeraldo Barreto. Dom Moacyr très ami du Père Gérard est une grande figure de l’épiscopat brésilien. Il fut longtemps évêque de Rio Branco. Pendant 21 ans, il assuma la présidence de la Commission Pastorale de la Terre (CPT). Son courage permit la condamnation à perpétuité d’un député fédéral qui terrorisait véritablement l’état de l’Acre (il se rendit tristement célèbre en assassinant un jeune homme à coups de tronçonneuse).
 
Toute une communauté en deuil Version imprimable Suggérer par mail
04-06-2012
Nous prenons obligatoirement la BR 364 pour aller au sud du diocèse. À cause de son manque de visibilité, de balises et de panneaux indicatifs, cette route, très abîmée est surnommée la voie de la mort. Elle n'est toujours pas à double voie alors que le trafic a énormément augmenté. Les accidents graves s’y multiplient.
Ainsi dans la nuit du 7 mars et sous une pluie diluvienne, un poids lourd heurta de plein fouet un bus venant en sens inverse. Celui-ci, se rendait en Bolivie où la plupart des passagers, tous de notre diocèse, avaient rendez-vous à l'hôpital pour des consultations ophtalmologiques et des opérations gratuites de la cataracte. La collision provoqua 34 blessés et 9 morts dont une religieuse et son frère (le conducteur du bus), un oncle de la famille, un couple, responsable très dévoué de la communauté rurale São Marcos. Les obsèques eurent lieu dans les églises de Colorado et Cerejeiras, présidées par les Pères Wilian (qui avait déjà perdu des membres de sa famille sur cette même route), Jorge et Sérgio, très présents aux familles si éprouvées.
Dom Benedito envoya aussitôt un message aux familles. En voici un extrait : « Ce drame de l’insécurité et de l’irresponsabilité sur nos routes a déjà fauché tant de vies dans cette région et ses alentours ! Espérons en Dieu ; mais aussi et surtout, recourons aux autorités compétentes, pour que des mesures soient prises permettant à notre peuple de se déplacer enfin dans la sécurité ».
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.