Les nouvelles du diocèse
Un nouvel archevêque à Porto Velho Version imprimable Suggérer par mail
04-06-2012
Image
Dom Esmeraldo Barreto.
Le 3 mars Dom Geraldo et une délégation de Guajará retrouvaient Dom Benedito, pour participer à la prenante cérémonie organisée pour les adieux de l’ancien archevêque Dom Moacyr Grechi, et l’installation du nouvel archevêque Dom Esmeraldo Barreto. Dom Moacyr très ami du Père Gérard est une grande figure de l’épiscopat brésilien. Il fut longtemps évêque de Rio Branco. Pendant 21 ans, il assuma la présidence de la Commission Pastorale de la Terre (CPT). Son courage permit la condamnation à perpétuité d’un député fédéral qui terrorisait véritablement l’état de l’Acre (il se rendit tristement célèbre en assassinant un jeune homme à coups de tronçonneuse).
 
Toute une communauté en deuil Version imprimable Suggérer par mail
04-06-2012
Nous prenons obligatoirement la BR 364 pour aller au sud du diocèse. À cause de son manque de visibilité, de balises et de panneaux indicatifs, cette route, très abîmée est surnommée la voie de la mort. Elle n'est toujours pas à double voie alors que le trafic a énormément augmenté. Les accidents graves s’y multiplient.
Ainsi dans la nuit du 7 mars et sous une pluie diluvienne, un poids lourd heurta de plein fouet un bus venant en sens inverse. Celui-ci, se rendait en Bolivie où la plupart des passagers, tous de notre diocèse, avaient rendez-vous à l'hôpital pour des consultations ophtalmologiques et des opérations gratuites de la cataracte. La collision provoqua 34 blessés et 9 morts dont une religieuse et son frère (le conducteur du bus), un oncle de la famille, un couple, responsable très dévoué de la communauté rurale São Marcos. Les obsèques eurent lieu dans les églises de Colorado et Cerejeiras, présidées par les Pères Wilian (qui avait déjà perdu des membres de sa famille sur cette même route), Jorge et Sérgio, très présents aux familles si éprouvées.
Dom Benedito envoya aussitôt un message aux familles. En voici un extrait : « Ce drame de l’insécurité et de l’irresponsabilité sur nos routes a déjà fauché tant de vies dans cette région et ses alentours ! Espérons en Dieu ; mais aussi et surtout, recourons aux autorités compétentes, pour que des mesures soient prises permettant à notre peuple de se déplacer enfin dans la sécurité ».
 
Le message de Dom Benedito Version imprimable Suggérer par mail
21-02-2012

Image
Très chers lecteurs,

Lors de l’assemblée générale de la CNBB à laquelle je participais en tant qu’évêque coadjuteur du diocèse de Guajará-Mirim, il m’avait tardé de rencontrer ce grand missionnaire qu’est Dom Geraldo Verdier.
Nous nous sommes connus au sanctuaire de Nossa Senhora et avons ensuite vécu dans l’émotion et l’expectative de ce moment. De suite je sentis sa force d’empathie, sa solidité, sa sérénité, lui qui m’accueillait comme un fils. Son partage sur la vie et la Mission durant ces 33 ans de ministère, me fascina !
Je me sentis interpellé par la question des disciples de Jésus : « Maître, où demeures-tu ? », et par la réponse de ce dernier : « Venez et voyez ». Parole vive qui ne connaît pas de frontières, vie qui se fait prophétie, action qui devient Alliance… Et aussitôt, je perçus les marques indélébiles du chemin à suivre.
Très vite Dom Geraldo me parla de la revue Lettre d’Amazonie et de cette grande famille française qui se dévouait pour une si noble cause : la Mission de Guajará-Mirim.
Lors de la fête du 8 décembre, jour d’action de grâces pour les 33 ans de ministère de Dom Geraldo et de mon installation comme nouvel évêque du Diocèse, je rencontrai un groupe d’amis français venus pour l’occasion. Je ressentis une sympathie immédiate pour eux, et par leur biais, il me sembla que je connaissais Lettre d’Amazonie depuis des années.
Je me considère à présent comme membre de cette grande famille et voudrais être pour tous un frère, faisant de la prière notre point de rencontre et, de notre Diocèse, votre famille.
Avec une confiance totale en Dieu, et sous la protection de Marie, je suis sûr qu’ensemble nous continuerons à former une Église vivante.
Je tiens à vous exprimer ici mon estime et ma considération, à vous tous les amis de Lettre d’Amazonie qui œuvrez avec tant de générosité pour la Mission, et je demande à Dieu de tous vous bénir.

Dom Benedito Araújo, évêque de Guajará-Mirim

 
Passation de pouvoirs Version imprimable Suggérer par mail
23-12-2011
Le père Gérard vient de remettre sa crosse à Dom Benedito, son successeur.
Le père Gérard vient de remettre sa crosse à Dom Benedito, son successeur.
Le 8 décembre 2011 il y a eu passation de pouvoirs entre les personnes de Monseigneur Gérard Verdier, évêque du diocèse de Guajará-Mirim pendant 31 ans et Dom Benedito Araújo, qui à dater de ce jour, est devenu évêque titulaire de ce même diocèse.
Ce fut une très belle célébration, empreinte d’émotion, de Paix, de Joie.
 
Le Despertar toujours en mouvement Version imprimable Suggérer par mail
10-11-2011
Image
Le groupe de militaires en formation au Despertar devant le centre professionnel avec Pedro Ademar (en polo clair) le 2e à partir de la gauche
Un nouvel atelier a été ouvert en août au Despertar, à l’intention des jeunes militaires souhaitant quitter l’armée et voulant entrer dans le monde du travail. Il s’agissait d’une formation spécialisée dans les circuits électriques à installer dans les immeubles. Le Despertar est complètement décentré (7 km) et un moyen de locomotion est indispensable pour y arriver. En effet, il n’y a pas de bus dans la ville, ni de navette. Pour cette raison, une salle de cours vient d’être aménagée dans un des locaux de la Radio Educadora. La proximité du centre ville et des commerces favorise ainsi l’inscription des jeunes et adultes.
 
Le Père Jose Elio est retourné au Brésil Version imprimable Suggérer par mail
10-11-2011
Après un séjour de deux en France, le Père José Elio est retourné au diocèse de Guajará-Mirim, pour continuer sa mission dans les terres de l’Amazonie brésilienne. Cette période de recyclage et de formation théologique à l’Institut Catholique de Paris, en particulier sur la Catéchèse, lui a été possible grâce à l’appui de certaines institutions telles que le diocèse de Créteil (Monseigneur Michel Santier et le Père Marc Lulle), l’Association Toucan (Père Bertrand Auville), La Lettre d’Amazonie, la maison de retraite Saint Joseph (Cachan) et les Filles de la Charité.
Le Père Elio, en plus de ses études et de certaines activités pendant la semaine à la maison de retraite, assura aussi une présence dans la paroisse de Bergerac pendant le temps des vacances scolaires avec le père Christian Dutreuilh et ses collègues. Il se dit très heureux d’avoir eu cette occasion d’étudier, d’améliorer les relations d’amitié et d’entraide commencées il y a de nombreuses années (1932), avec l’arrivée des premiers missionnaires français dont Dom Rey.
 
Tout va bien au Bom Pastor Version imprimable Suggérer par mail
10-11-2011
Depuis l’heureux transfert à l’Association Philanthropique « Pro-Saude », tout continue à fonctionner pour le mieux à l’hôpital. Il n’y a plus pénurie de médicaments. Le personnel reçoit son salaire régulièrement le 5 de chaque début de mois et, bien qu’astreints à une formation régulière de gestion hospitalière, tous les membres du Bom Pastor acceptent cette contrainte et personne n’a démissionné.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.