L’urucum Version imprimable Suggérer par mail
01-06-2018
Il s’utilise en Europe comme colorant alimentaire, on parle de plus en plus de lui dans le domaine cosmétique et on lui accorde de nombreuses propriétés.
Image
Urucum, rocouyer, achiote, les noms ne manquent pas pour désigner le fruit provenant d’un petit arbre poussant à l’état sauvage au Brésil, le Bixa orellana. On le trouve aussi dans d’autres pays d’Amérique tropicale tels que la Bolivie, le Nicaragua. Il existerait depuis l’époque pré-inca et est à présent cultivé. Il arbore au début de la saison sèche de jolies fleurs roses qui, devenues fruits, renferment de petites graines rouges protégées par une coque épineuse.

Ses graines

En cuisine, elles sont utilisées comme aromate, et en phytothérapie on leur reconnaît entre autres des vertus stomachiques, laxatives. Elles entrent dans la composition de médicaments traitant certaines affections cardiaques et les dyspepsies.

La poudre d’urucum

Les graines une fois séchées sont broyées jusqu’à obtention d’une poudre rouge orangée que les indiens d’Amazonie utilisent pour leur maquillage traditionnel et afin de se protéger du soleil et des moustiques (d’où le qualificatif autrefois de « peaux rouges »). Durant de longues années ils ont teint leurs tissus avec ce même pigment, utilisé aussi pour peindre leurs poteries. Riche en bétacarotène, 100 fois plus que la carotte, dit-on, cette poudre, grâce aussi à sa teneur exceptionnelle en zinc, magnésium, sélénium, s’utilise également en cosmétique, en tant que protecteur anti-oxydant de la peau, soins solaires et anti-âge. Sur les marchés amazoniens, elle se vend dans de petits sachets plastiques, pour colorer les aliments, le poulet surtout. En Europe elle est utilisée aussi comme colorant alimentaire (code européen E160b). Ainsi certains fromages : la mimolette, le cheddar, l’edam, lui doivent leur couleur orangée. La croûte de certains livarots et reblochons est également lavée avec du roucou. Traditionnellement, il sert aussi à donner leur couleur aux filets de haddock.
 
< Précédent   Suivant >
© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.