Un moment historique Version imprimable Suggérer par mail
16-11-2012
Les élections municipales de Guajará-Mirim du 7 octobre ont eu un résultat inespéré dans l’état du Rondônia.

Image
Nhampá (avec la coiffe de plumes) et Arão à sa droite défilent dans les rues de Guajará.
En effet sur les 140 candidats (pour 11 conseillers municipaux) qui se présentèrent, deux Indiens, Nhampá Oro Win et Arão Oro Waram Xijein, ont été élus, remportant la première et troisième place ! Le climat est à la fête dans tous les villages.

Un indien Oro Win

Nhampá Oro Win 30 ans, habite São Luiz, sur le haut rio Pacaas Novos, à 250 km de la ville. C’est le village de la région le plus difficile d’accès. Pendant les mois d’été (saison sèche) où le rio est à son niveau le plus bas, il faut 8 jours pour descendre à Guajará-Mirim et 10 jours pour remonter le fleuve ! Nhampá fait partie des Oro Win, tribu décimée à plusieurs reprises dans les années 50. Le dernier massacre remonte à 1963. La FUNAI (Fondation Nationale de l’indien) ayant classé le dossier sans suite, l’auteur de ce crime, un seringaliste, ne fut jugé que 20 ans après les faits et condamné  pour génocide. Une sentence inédite dans l’état du Rondônia. La tribu se compose actuellement d’une centaine de personnes.

Un indien Wari

Arão Oro Waram Xijein, 39 ans, fait partie de la tribu des Wari habitant Sagarana. Neveu de l’ancien cacique du village, il resta longtemps avec les siens puis partit exercer en tant que professeur dans un autre poste indien. Depuis de nombreuses années il fait partie du mouvement indien. En février dernier, il a été nommé membre de l’équipe de coordination de l’éducation scolaire indienne du municipe de Guajará-Mirim et il habite maintenant au siège du CIMI (Conseil Indigéniste Missionnaire). Les Wari sont tout étonnés et heureux de leur succès. Le 9 août dernier, c’est-à-dire deux mois auparavant, lors de la journée internationale des peuples autochtones, les Wari manifestaient dans les rues de Guajará contre le gouvernement fédéral en train de modifier les règles de la démarcation des terres et d’imposer des méga-barrages, au profit d’intérêts économiques douteux. Le résultat de ces élections est pour eux un vrai baume au cœur, pansant un peu tant de souffrances endurées.

Agneaux au milieu des loups

Image
Tout étonnés de leur victoire.
Par cette victoire, les Wari sortent de l’ombre où l’histoire et la FUNAI les avait confinés pendant 50 ans, alors qu’ils représentent 10 % des habitants du municipe. La population ouvre ou, plus exactement, entrouvre, les yeux. Tous se demandent ce qui va arriver, les « non-indiens » craignant que leurs intérêts ne soient pas défendus. « Je remercie Dieu pour mon élection et tout le peuple qui s’est uni, parce que ce n’était pas facile d’arriver à ce résultat. Je serai le conseiller municipal de tous : indigènes et non indigènes. Mon engagement est pour tous, principalement dans le domaine de la santé et de l’éducation. J’ouvre grand mes bras à chacun et je suis très content de représenter les peuples indigènes » avait pourtant dit Nhampá quand il avait pris la parole devant le siège du conseil municipal. Le défi est immense. Nos amis élus sont comme des agneaux au milieu de loups féroces. Mais le temps et l’expérience leur apprendront à déjouer les pièges. Diplomates et conciliateurs, ils sauront apaiser les nombreuses tensions qui régnaient au conseil municipal.

Une sorte de revanche

Les « vaincus de l’histoire » vivent ce moment une sorte de revanche. Ils flécheront d’abord symboliquement les « non-indiens », ensuite viendra le temps des festivités. Puis il y aura probablement une pause de quelques semaines qui correspond à la « réclusion traditionnelle des guerriers ». Les élus n’assumeront leur poste que le 1er janvier 2013. À la question : « À votre avis, quels changements ces élections vont opérer dans les prochaines années ? », Nhampá Oro Win et Arão Oro Waram Xijein répondent : « nous espérons élire prochainement un maire et un député wari ! ».
 
< Précédent   Suivant >
© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.