Rapport moral 2016 Version imprimable Suggérer par mail
Père Gérard Verdier, président   

La cathédrale

Les travaux de la cathédrale se sont terminés par la mise en place d’une sonorisation de bonne qualité, grâce aux dons provenant de Lettre d’Amazonie pour environ 21 000 euros. Il reste à la climatiser, ce qui sera réalisé avec les ressources propres de la paroisse.

Image
Nous l’attendions, elle est venue, par ses propres moyens, comme toujours en bus, à 99 ans. Nous espérons tous pouvoir lui offrir un grand gâteau d’anniversaire l’an prochain pour ses 100 ans.
Les séminaristes

Petit Séminaire
En 2016, le petit séminaire a clôturé l’année avec un séminariste accompagné par le Père Osmar, chargé des vocations. En 2017, un seul nouveau séminariste s’étant présenté, il a été accueilli par le diocèse de Porto Velho.
Grand Séminaire
En 2016, le Père Anilson ayant terminé sa formation a été ordonné prêtre en octobre 2016. Six séminaristes de Guajará-Mirim sont en formation de philosophie (1) et théologie (5), à Porto Velho (situé à 340 km de Guajará-Mirim). Les frais supportés à ce titre par le diocèse en 2016 se sont chiffrés à 57 000 €, dont 7 000 € provenant de Lettre d’Amazonie.

Les Religieuses

Certaines paroisses ne peuvent assumer complètement les dépenses des religieuses et doivent recourir à l’aide du diocèse : 44 000 €, apportés en 2016 par Lettre d’Amazonie. Une nouvelle communauté religieuse a été fondée à Nova Mamoré avec trois religieuses, totalement prises en charge par la paroisse (montant mensuel : 3 240 €).

Les Prêtres

Les prêtres sont nommés et soutenus matériellement par leur évêque. Ils sont 20 actuellement sur le diocèse bénéficiant des dons de Lettre d’Amazonie pour un total de 31 000 € en 2016.

Image
Le cours de maçonnerie du Despertar : application pratique.
Le Centre Despertar

En 2016, 260 élèves ont terminé les 8 cours du Despertar (atelier occupationnel, cours d’artisanat, jardinage, mécanique motos, couture et secrétariat). En 2017, le cours de secrétariat qui souffrait de nombreux désistements a été remplacé par deux cours à mi-temps : réparation de bicyclettes et manucure-pédicure. À partir de mai, le Despertar a bénéficié d’une aide gouvernementale qui a permis de mettre en place des cours professionnels de courte durée (1-2 mois) : maçonnerie, électricité, coiffure, boulangerie, pâtisserie, informatique et réparation informatique, accueil clientèle. Environ 246 élèves sont prévus pour ces cours durant la période allant de mai à septembre. Budget 2016 : 113 000 € à charge du diocèse dont 73 000 € provenant des envois de Lettre d’Amazonie.

La Radio Educadora

Il s’agit de la mutation de notre radio sur la bande FM. La délivrance des autorisations par le ministère des communications a été retardée suite à l’instabilité politique brésilienne. Certaines mutations ont néanmoins déjà été effectuées en d’autres endroits du Brésil. Le soutien des politiques est utile au traitement et à l’avancement des dossiers. Cela dit, nous insistons pour notre part afin que l’autorisation finale soit le fruit d’un processus légal, ce qui finit hélas par être coûteux pour le diocèse. Mais grâce à la campagne déjà réalisée par Lettre d’Amazonie, et les recettes de rentrées internes de la Radio : annonces, publicités, nous espérons que la migration AM-FM, sera effective avant fin 2018.

Les migrants

Conformément au rapport annuel de 2016 fourni par la secrétaire de la Pastorale des Migrants, 288 personnes ont été accompagnées (hommes, femmes et enfants, en majorité boliviens) dans leurs démarches administratives auprès des autorités brésiliennes (police fédérale et autres) et boliviennes (consulat et autres). Une religieuse avocate suit les procédures engagées auprès du Ministère de la Justice à Brasilia. Le diocèse participe au coût d’une partie des formalités administratives.

Les prisons

Les trois prisons d’état sont visitées une fois par semaine par la pastorale des prisons. L’aide du diocèse aux prisonniers consiste en la fourniture de matériel leur permettant d’avoir une activité au sein de la prison (confection de tapis, hamacs, napperons) : environ 1 000 euros en 2016.

Les aides aux familles

Ponctuellement le diocèse aide des familles lors de problèmes de santé, nourriture, transport, électricité : 5 000 euros en 2016. Le budget restant de l’aide de Lettre d’Amazonie lors des inondations 2014, permet de participer à l’amélioration des conditions de logement de familles nécessiteuses.

La Pastorale des Indiens (CIMI)

Le diocèse la soutient financièrement dans ses actions sociales : examens de santé urgents, médicaments, transport pour un total 4 500 € en 2016 ; dans les aides financières à des indiens en formation technique supérieure (infirmier, odontologie – Celso) ; de même que dans un soutien matériel (loyers, déplacements, fournitures professionnelles) pour un total de 15 000 euros.

Conclusion

En 2016 nous avons reçu de Lettre d’Amazonie des financements par projets pour le Desperar (atelier motos et couture) et la Radio (FM). Bien que les envois trimestriels de Lettre d’Amazonie soient passés de 60 000 à 50 000 €, les œuvres sociales sont presque à l’équilibre opérationnel, comme d’ailleurs le fonctionnement diocésain (la Mitre Diocésaine), hors investissements. En 2017 la tâche sera plus difficile, d’autant que le taux de change euro/réal est moins favorable. La poursuite d’efforts d’économie sera nécessaire.
 
© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.