Rapport moral 2013 Version imprimable Suggérer par mail
29-07-2014
Assemblée générale de l’Association « Lettre d’Amazonie » du 11 juin 2014.

Mady Huntzinger, l’abbé Christian Dutreuilh, Dom Benedito Araujo, le Père Gérard Verdier.
Mady Huntzinger, l’abbé Christian Dutreuilh, Dom Benedito Araujo, le Père Gérard Verdier.
La vie de l’Église

Visites pastorales

Elles ont été nombreuses, dom Benedito ayant visité sept fois chacune des treize paroisses du diocèse, réparties sur 90 000 km2.

Mobilité des missionnaires

Travailler en mission c’est affronter la grande mobilité des missionnaires, due quelques fois à des problèmes de santé, le plus souvent à la décision des évêques qui envoient les missionnaires, ou à celle des supérieures des congrégations religieuses travaillant avec nous. En 2013-2014, nous avons eu le départ de plusieurs prêtres (4) et religieuses missionnaires originaires du sud du Brésil (6), aussitôt remplacés par de nouveaux et jeunes missionnaires (4) et 8 religieuses.

Les laïcs

Les laïcs sont de jour en jour plus engagés dans les diverses pastorales. Des rencontres régionales et diocésaines sont organisées régulièrement pour leur formation permanente sur les thèmes de la Bible, la liturgie, la famille.

Les séminaristes

Ils sont au nombre de sept et très motivés : quatre en théologie et trois en philosophie qui étudient au Grand Séminaire Jean XXIII de Porto Velho, visités régulièrement par Dom Benedito et par le nouveau diacre Osmar Ferreira qui sera ordonné prêtre en juillet.

Œcuménisme

En tant que représentant de la Conférence Régionale des évêques du Brésil, Dom Benedito assume la responsabilité de l’œcuménisme, c’est-à-dire des contacts avec les pasteurs protestants et évangéliques. Il réalisa une première rencontre avec onze pasteurs en 2013, et dix-sept en 2014. Chacune s’est déroulée dans une ambiance fraternelle. Belle ouverture sur le chemin de l’unité des chrétiens.

La commission pastorale de la terre (CPT)

Dom Benedito est aussi responsable régional de la Commission Pastorale de la Terre dans sept diocèses. Commission très difficile à gérer à cause de la violence constante contre les Sans Terre (assassinats réguliers d’agriculteurs).

Un des ateliers d’artisanat du Despertar.
Un des ateliers d’artisanat du Despertar.
Les œuvres sociales

Le Centre Despertar

Le SENAI (Service National d’Apprentissage Industriel) a abandonné la formation professionnelle des jeunes du Despertar. Nous avons décidé de sauver, du moins en partie, cette école unique en formation professionnelle en la maintenant dans les secteurs les plus demandés :
– la formation d’assistants d’administration ;
– l’« occupationnel » (renfort scolaire, formation civique et morale) ;
– le travail artisanal ;
– l’atelier d’horticulture.
Nous osons espérer y arriver grâce à de fidèles amis.

La Radio Educadora

La Radio prépare l’anniversaire des 50 ans de sa création le 18 novembre prochain. Nous attendons avec impatience de recevoir en décembre la modulation de fréquence qui remplacera les ondes moyennes. Durant les inondations, la Radio Educadora a été d’un précieux secours.

Conclusion d’ensemble

La calamité publique de l’inondation nous a fait prendre conscience de certaines nécessités, d’une autre politique économique avec des mesures justes, de bons sens, qui permettent aux sinistrés de retourner à leurs foyers avec surtout la garantie des services minimum. Nous sommes aussi extrêmement attentifs aux problèmes sociaux de nos communautés avec l’avancée de l’agro-négoce, de la monoculture, dans l’attente d’une réforme agraire qui ne se fait jamais. Nous regrettons le manque d’une politique agricole et familiale qui éviterait la fuite vers les périphéries urbaines. En cette année 2014 nous avons également cherché une meilleure articulation et communion ecclésiale dans les trois régions pastorales qui forment le diocèse de Guajará-Mirim.

Voir le bilan financier
Lire le petit bilan de Mady Huntzinger
 
< Précédent   Suivant >
© Lettre d’Amazonie – 1 rue du Pont de Lodi – 75006 Paris – Tous droits réservés – Création : Caractère B.