Despertar, la formatura (fête) de mi-décembre
Mady Huntzinger   
10-03-2018
Le Despertar continue d’avancer avec ses activités « occupationnelles » pour les petits, et ses ateliers de formation pour les adolescents et adultes. La revue d’été en donnera de plus amples détails. La formatura (fête) de mi-décembre donne toujours lieu à une grande manifestation en présence des professeurs, des élèves, et des invités de la ville. Cette année, elle eut une connotation particulière puisque son président émérite, le père Gérard, n’était plus là.

Image
Sous un arceau de ballons, le poster réalisé par le Despertar.
Les paroles de Sœur Fatima

Sœur Fatima, directrice du Centre ouvrit la soirée par ces paroles : « En ce moment de fête, je ne peux m’empêcher de penser à une personne extraordinaire, qui tout au long de sa vie et de sa mission, marqua profondément tant de cœurs par son sourire, son témoignage de vie. Je veux parler de notre cher et bien-aimé père, ami, frère, collaborateur de chaque heure ; celui qui savait si bien accueillir, écouter, donner les bons conseils au bon moment, dom Geraldo Verdier. Il fut avant tout un combattant, grand homme social, défenseur des pauvres et des nécessiteux. C’est grâce à son soutien et ses encouragements qu’aujourd’hui nous sommes ici. Comme il le disait avec des mots si doux : “le centre Despertar est la prunelle de mes yeux”. Quand le 30 mars 2017 à son retour de France, il vint nous visiter et vit notre auditorium bondé d’enfants et d’adolescents, son visage était tout illuminé de joie. Et il nous avait dit : “je serai avec vous à la formatura en décembre”. Mais nos plans ne sont pas les plans de Dieu. Nous savons que nous venons de Dieu et retournerons vers Dieu. Et le 22 octobre notre grand ami est parti contempler Dieu face à face. Nous n’avons pas de mots pour exprimer notre nostalgie et notre gratitude. Dom Geraldo, intercédez pour nous auprès de Dieu, priez-Le pour chacun de nous, et plus particulièrement pour le Despertar. »

La parole du maire

Ce fut ensuite au maire de la ville de s’adresser au public. Il parla de la nécessité de lutter contre la violence grandissante dans le pays, à Guajará, et donc de la nécessité aussi de maintenir le Despertar, grand cadeau pour le Rondônia et le Brésil.

L’hommage du Despertar

Puis se fit entendre l’Ave Maria de Gounod. Pendant que les élèves se levaient au signe de leurs professeurs, suivis par tout le public, deux fillettes arrivèrent du fond du gymnase, lentement, tenant à bout de bras un très grand poster du Père Gérard (le même que celui ramené en plus petit pour Lettre d’Amazonie). Et c’est sous les applaudissements de tous, que la photo prit sa place sous un arceau de ballons bleus et blancs… Puis eut lieu la traditionnelle distribution de diplômes, attestant de la présence des jeunes et adolescents aux différents ateliers et cours durant l’année. Un délicieux lunch offert à tous termina la soirée. La première sans dom Geraldo. Mais comme l’avait dit le père Renato dans son allocution : « il y aura encore beaucoup d’évènements à vivre pour la première fois sans lui, mais nous devons continuer ».